• Vacances à Biarritz - 2

    Sommaire

     

    ME GUIDE-T-IL ?

      

    (ADELINA)

    L’océan, cet océan si magnifique, allait-il m’engloutir, me rappeler près de lui. Tout se bouscule si vite parfois dans ma tête! 

    Vacances à Biarritz - 2

    Je suffoque, je lutte mais pourquoi, l’instinct de survie alors que parfois je voudrais sombrer… Puis, d’épuisement, je me laisse aller, je renonce, la lutte est bien trop inégale. Si c’était cela mon destin, d’en finir ici à 22 ans. Le froid m’envahit, le noir succède à la clarté ambiante. Je coule, c’est de plus en plus sombre, je remonte… Le trou noir, l’abandon un autre genre d’abandon, tout aussi apaisant, drôle d’état que ce renoncement… Le néant !

     Petit à petit, je suis envahie d’une sensation étrange comme la chaleur desmains d’un ange sur mon visage entrouvrant ma bouche, pinçant mon nez. Des lèvres douces comme du velours se posent sur les miennes. Peu à peu, je sens un souffle chaud envahir mes poumons.

    D’une étrange lumière blanche attachée à mes cristallins, une ombre foncée traverse cette boule. Je sens une présence en moi, près de moi. Je ne peux bouger, comme hypnotisée, emprisonnée encore par le voile noir.

     Vacances à Biarritz - 2

    J’arrive difficilement à expulser le reste d’eau de mes poumons, toussotant, me débattant…

    J’ouvre les yeux pour croiser un regard inquiet turquoise. Je ne vois que sa silhouette, mais j’agrippe sa main pour me sentir encore plus en vie et le retenir avant qu’il ne s’échappe. Je la retiens fortement la posant à plat sur ma poitrine entre mes seins. Pendant que je reprends mon souffle, je sens que j’ai la chair de poule. Sa main est tellement chaude, rassurante, que sans y prendre garde je me caresse les seins imperceptiblement. Je passe sa main sous le haut de mon maillot et je frissonne de désirs cette fois de sentir sa chaleur pénétrer ainsi mon corps.

    Vacances à Biarritz - 2

    Toujours en le regardant, dans les yeux, je dénoue le haut de mon maillot trempé pour me retrouver les seins nus sous ses yeux ébahis. Que m’arrive-t-il ? Est-ce un signe du destin. A-t-il choisi pour moi ? Lui qui avait eu, avant de partir, le temps de me dire : « Surtout Adelina continue de vivre, je le veux, je te protégerai, te guiderai, je serai là dans l’ombre pour veiller sur toi. Promets-moi de vivre ! »

     

    (STÈVE)

    Je n’en crois pas mes yeux. Une chaleur envahit mon torse, mon cœur se met à battre de plus en plus fort. L’eau ruisselle le long de sa poitrine, ses tétons dressés dans ma direction. Son cœur bat de plus en plus vite aussi sous la chaleur de ma main. Elle sent mon regard sur son corps. Je la regarde dans les yeux et lui marmonne :

    • Tout va bien ?

    Dans un murmure elle bredouille :

    • Oui ! Vous êtes qui ? Où suis-je ? Que m’est-il arrivé ? Je dois remercier qui ?

    • Chut calmez-vous ! Tout est en contrôle. Je me prénomme Stève.

    Elle décale ma main pour la placer directement sur son sein tout en me regardant droit dans les yeux avec un magnifique sourire :

    • Merci, Steeve !

    • Non Stève !

    • Ah pardon Stève !

    • Ce n’est pas important. C’était un devoir et comme tout va pour le mieux un agréable devoir en fait…

    Sans m’en rendre compte, instinctivement, je me surprends à la caresser.

    Vacances à Biarritz - 2

    Cette beauté brune, à l’accent sentant bon le soleil d’Espagne, sa peau douce et chaude ne me laisse pas de marbre. J’approche ma bouche au niveau de son cou, je sens à nouveau son parfum que j’identifie comme l’odeur de la noix de coco. Elle me fait délicieusement craquer. Je pose mes lèvres sur le lobe de son oreille et commence à le lui caresser du bout de ma langue. Mon index effleure son téton et la fait réagir. Directement, elle émet un doux gémissement. Ma bouche parcourt le long de son cou, s’arrête sur son épaule. Elle ne se refuse pas. Je sens son souffle sur moi, sa chaleur me traverse tout le corps me donnant des frissons de plaisir.

    Je relève ma tête et l’embrasse d’un baiser passionné, ardent où nos langues se mêlent l’une à l’autre. Je la sens contre moi, ses seins contre mon torse, l’excitation est à son paroxysme. Elle se recule et je perçois un regard d’étonnement. Son regard se fige sur mon entre jambe où une large bosse s’est dessinée.

     

    (ADELINA) 

    Lorsque nos lèvres s’unissent, tous mes sens réintègrent mon corps. Je sens soudain contre ma hanche, son envie qui ne cesse de grandir. Je recule et le regarde étonnée. Dans ces yeux, je lis aussi toutes les promesses d’un instant charnel inoubliable. Je regarde son désir et je tends la main vers lui.

    Vacances à Biarritz - 2

    Je suis encore allongée dans le sable, lui est à côté de moi, appuyé sur son coude droit. Je me tourne du côté gauche, ma main s’aventure auprès de son corps, de son envie. Je le touche du bout des doigts, je l’effleure.

    Je joue à passer mon doigt le long de la veine que je vois au travers de son maillot tellement son envie est forte. Je le regarde en même temps dans les yeux et je vois son regard se voiler de désirs. Ses yeux se ferment pendant ma caresse. J’en profite pour le prendre dans ma main au travers du maillot. Je commence un lent va-et-vient. Ses réactions et soupirs me redonnent vie.

    Après avoir cru le perdre, j’ai envie de me sentir vibrer… Comme pour le remercier, il semble si doux et agréablement beau, sans doute un de ses surfeurs…

    L’audace de ma caresse fait battre mon cœur qui tape dans ma poitrine et dans mes oreilles. Je me penche vers lui et je dépose un baiser sur son nombril. Les gouttes d’eau encore présentent dans mes cheveux roulent sur sa peau mat. Je les goûte… Ma langue parcourt sa peau salée, mes cheveux mouillés tombent en cascade le long de son ventre. Je prends un malin plaisir à les laisser le caresser. Je sens son corps qui frissonne. J’ai envie que cet instant dure…

    Vacances à Biarritz - 2

    dure… Je me perds en moi : Où suis-je ? Que fais-je ? Je suis folle ! Est-ce lui qui me guide ?

    Vacances à Biarritz - 2 

     

    (STÈVE)

    Sa main posée sur mon sexe, même à travers mon maillot, me rend fou. L’esprit confus, je me jette contre sa poitrine pour lui dévorer littéralement, ma bouche aspirant l’un après l’autre ses tétons. Mes mains pétrissent ses seins pendant que ma langue s’acharne comme un animal ! Sans m’en rendre compte, une de mes mains se retrouve entre ses cuisses, sous son maillot. Je sens son humidité, sans doute sa liqueur mêlée encore à l’eau couler entre mes doigts. Ses gémissements semblent vouloir me dire qu’elle en veut plus. Ses joues rosissent, sa respiration devient saccadée, son regard brille d’envie. Je suis excité, fou de désirs. Mon majeur et mon annulaire glissent en elle, écartant ses lèvres humides. Je peux sentir les parois de son sexe dilaté. À chacun de mes va-et-vient des murmures sortent de sa bouche :

    • Oui ! Encore ! Mon sauveur !

    Jusqu’au moment où elle aussi, perdant le contrôle, elle retire le seul bout de tissu qu’elle porte encore…

    Vacances à Biarritz - 2

     

    (ADELINA)

    Ses caresses sur mes seins me rendent folle de désir, sa main entre mes cuisses, le jeu de ses doigts, tout m’enflamme. Mon désir se transforme en envie. Je me sens couler entre ses doigts. Je veux, je le veux en moi… Reprendre vie dans ses bras. J’en veux encore plus, le feu d’artifice se forme en ma tête. Je retire les derniers morceaux de tissu qui me séparent de lui, de sa peau… Je le supplie dans ma langue, dans la sienne.

    Je décale aussi son maillot pour sentir son sexe doux et chaud dans ma main. Je continue de le caresser. J’ai envie de lui, de le sentir sur mes lèvres. Je me penche. Je l’embrasse. Je sors ma langue pour toucher son bout. Je joue avec, puis mes lèvres coulissent sur sa longue hampe. Je sens chaque veine palpiter sous ma langue.

    Vacances à Biarritz - 2

    Enfin je presse son bout entre mes lèvres et je descends doucement puis de plus en plus vite. En même temps je lui caresse les cuisses et le ventre… J’ai envie de lui montrer combien grâce à lui, je suis en vie.

    Je me lève. Il est allongé sous moi. Je passe un pied de l’autre côté de son corps et je m’agenouille sur ces cuisses. Nos sexes sont en contact, mon bassin ondule pour entamer un long ballet d’Amour. Je ne sais si j’ai le droit de le remercier ainsi mais je me sens si heureuse de le faire, détendue, libre… Merci mon Ange gardien de me laisser vivre !

     

    (STÈVE)

    La voir sur moi en train de s’empaler sur mon membre, sa bouche grande ouverte, ses joues roses et ses tétons dressés décuple mon plaisir. Je sens les parois de son sexe qui m’entoure de plus en plus, qui serre et desserre, sans savoir si c’est moi qui continue de grossir ou si c’est elle qui se contracte. Son nectar coule le long de mon sexe et s’écoule dans mon nombril.

    Vacances à Biarritz - 2

    Après de multiples va et vient, elle se retire pour me sucer de nouveau. Sa langue va chercher ce qu’elle a semé, caressant chaque millimètre de ma verge. Je finis par la soulever par le bassin, la retournant pour plaquer son dos contre le sable chaud.

    Elle écarte ses jambes naturellement me laissant le passage comme pour m’appeler impudique. Je glisse mon visage entre ses cuisses et goutte sa douce ambroisie. Ma langue se glisse écartant ses nymphes complètement trempées, brillant sous le soleil déclinant, descendant le plus profondément vers sa source.

     

    (ADELINA)

    Le frottement de mon sexe sur le sien me transporte de bonheur. Je le fais glisser en moi. Hummm que de douces sensations ! Soudain les images affluent, je le vois là en moi…

    Il gonfle encore plus, je perds mon souffle tellement c’est bon. J’entends le bruit de nos corps en mouvement, le frottement de nos peaux humides, les sensations sont décuplées. Je sens mes cuisses contre ses hanches.

    J’ai envie de lui offrir encore plus de sensations. Je me relève. Je savoure avec ma langue la douceur de sa peau gorgée et trempée de nos désirs et de notre plaisir.

    Soudain, il me retourne, me plaque sur le dos ! Surprise d’abord, je ne comprends pas pourquoi… Sentir sa langue sur chaque repli de mon intimité, sa pénétration lente en mon minou… L’extase.

    Je suis au paradis, sens dessus dessous… Je l’appelle pour qu’il prenne possession de mon corps encore et encore…

    Vacances à Biarritz - 2

     

    (STÈVE)

    Je lui saisis les jambes pour les mettre sur mes épaules. Mon dard se dresse à l’entrée de son intimité. Je commence par caresser son petit bouton du bout de mon gland, ses lèvres s’écartent de plus en plus comme si elles me faisaient signe de venir. J’entre en elle de toute ma longueur, ma bouche embrasse ses mollets, mes mains plaquées contre ses cuisses. Je sens chaque partie de son être, cette sensation d’aspiration est divine et nos sexes brûlants se gonflent à chacun de nos va-et-vient. Elle plie ses genoux pour poser ses pieds contre mon torse, mes gémissements se fondent de plus en plus fort sans rien pouvoir contrôler. Mes mains font aller et venir son bassin dans un claquement excitant. J’enfonce de plus en plus vite la partie de moi qu’elle désire le plus. Les clapotis de nos fluides mêlés aux bruissements de nos muqueuses, ces petits claquements plus en plus forts, ses jambes complètement écartées, elle se laisse aller à son désir…

    Vacances à Biarritz - 2

     

    (ADELINA)

    Je n’avais jamais rencontré un homme comme lui auparavant aussi doux et aussi puissant, sauf l’homme qu’il me rappelait. J’en tremble de désirs, d’envies et de plaisirs. Enfin n’en pouvant plus il m’entraîne dans son râle, sentant le flot qui m’inonde, j’explose à mon tour, mon corps parcouru de spasmes, mon périnée n’arrête pas d’applaudir à toute ma joie. Il reste en moi, vigoureux, attendant la dernière réplique, me serrant de toutes ses forces… Je viens de jouir, c’est fou ce délice que je commençais à oublier… Je rouvre mes yeux, il me regarde de ses yeux de biche, me souriant. Alors je lui réponds aussi d’un doux sourire tout en quémandant sa bouche… Nous avons joui presque à l’unisson. Épuisés, nous restons étendus sur le sable main dans la main, ma tête sur son épaule, je suis bien. Il me caresse les cheveux avec sa main. Je ne connais de lui que son prénom, mais j’ai l’impression que nous irons très loin ensemble. Je voudrais que le temps s’arrête et qu’on reste là des heures encore. Mais le soleil commence à se coucher. Je n’ai pas envie de le quitter. Je perds mes yeux dans l’horizon lointain de l’océan à la recherche du rare rayon vert, attendant son dernier signal… Ce signal qui me dirait : « Je suis heureux que tu vives ainsi ! Il me semble fait pour toi ! »

    Vacances à Biarritz - 2

     

     À venir : Partie III de III

     

     

    « Vacances à Biarritz - 1Vacances à Biarritz - 3 »
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter