• Vacances à Biarritz - 1

    Sommaire

     

    UN SIGNE DU DESTIN ?

      

     (MÉLI)

    Je suis impatiente de venir vous conter une « nouvelle » concernant mon amie Espagnole Adelina. Elle venait de vivre un drame atroce en la perte de son Amour. Petit à petit, elle se remettait de ce profond bouleversement n’hésitant pas à se confier à moi. Je savais depuis un petit moment qu’elle rêvait de venir en vacances en France. Je lui proposais donc de passer des vacances en ma compagnie. Nous arrêtions des dates et réservions. Nous décidions de faire un peu de chemin l’une vers l’autre en choisissant Biarritz. Hélas au dernier moment j’ai dû tout annuler pour des raisons professionnelles. Mon patron ayant un projet à conclure, j’étais réquisitionnée à mon grand désarroi. Vraiment déçue, je ne voyais pas trop comment annoncer cela de but en blanc à mon Amie. Je me doutais qu’elle ne viendrait pas seule. Il me fallait trouver un stratagème pour l’amener à venir en vacances. Je décidais de lui dire, non pas un mensonge, car j’espérais bien pouvoir venir, mais, dans le doute, je lui annonçais : « Dès que je me libère, j’arrive ! ». Je ne pouvais faire guère plus. J’étais si heureuse de contribuer à ce qu’Adélina se change les idées et vienne quand même profiter de son séjour. Enfin elle acceptait arrivant dans un magnifique petit hôtel donnant presque sur la plage.

     

    Vacances à Biarritz - 1

     

    (ADELINA)

    Depuis le temps que je rêve de ces vacances en France ! Ce coin de paradis, pas trop loin de mon Espagne natale. Cela me permet aussi de profiter de vacances à moindres frais tout en me rapprochant de mon Amie.

    J’ai tellement envie de profiter de ce premier jour de vacances, de sentir le sable chaud sous la plante de mes pieds, sentir la chaleur du soleil sur mon corps et la fraîcheur de l’océan. J’adore nager, et je me débrouille plutôt bien.

    Aujourd’hui vêtue d’une robe blanche boutonnée sur le devant, mon maillot de bain blanc deux pièces en dessous, j’arrive avec mes affaires sur la plage.

    Vacances à Biarritz - 1

    Mais quelle idée ? Il fait une chaleur de plomb et la plage est bondée. Je contourne un groupe de jeunes de mon âge avec leurs planches de surfs, ils bloquent tout le passage. Leur musique résonne à fond. J’allais leur faire une réflexion bien sentie dans ma langue maternelle, quand quelque chose me retient… L’espace d’un instant un rire me trouble… Un rire, son rire, clair et fort résonne entre mes tympans. Mêlé au ressac des vagues, un flot d’images m’assaille. Je me sens mal, m’interroge : « A-t-on le droit de se sentir heureuse après un tel drame ? Je contemple cet océan, magnifique, majestueux…je n’ai qu’une envie le rejoindre…

    Vacances à Biarritz - 1

    Le sort a fait que cet être si tendre, si délicat, si amoureux m’a délaissée, emporté par une maladie qu’il ne méritait pas. Vous me répondez : « Mais personne ne mérite cela ! » Mais lui, c’était le mien, c’est mon homme. Cela fait pourtant bientôt huit mois qu’il m’a quittée et pourtant il est là dans chaque instant de mon oisiveté, de mes réflexions. Suis-je une idiote que de vous parler ainsi, suis-je folle de le voir, de l’entendre comme il y a quelques instants… un cri, sans doute un être qui à sa voix… Immédiatement je transfère pensant toujours à lui. Est-ce anormal de sentir son parfum, de l’aimer me caresser allant encore jusqu’à jouir avec lui vibrant de tout mon corps sous ses caresses comme s’il guidait toujours mes doigts, me caressant de ses sensuelles caresses… Je contemple cet océan. Plus rien n’a de raison à mes yeux, comme s’il ne reste que moi face à lui, oubliant tout ce monde sur cette plage, comme s’il m’appelle à lui… Pourquoi cette force enfouie en mon mental me fait-elle vivre à travers lui ? C’est toujours plus fort que moi…

    Je pose ma serviette et mon sac… Je me déshabille rapidement comme lorsque je voulais qu’il me fasse l’amour, ne pouvant résister à ma fougue de le sentir en moi… Ma robe tombe sur le sable… Je me dirige d’un pas lest vers lui. À son contact, je frissonne.

    Vacances à Biarritz - 1

    Je sens cette onde parcourir mon être, aussitôt mes seins réagissent, ses seins qu’il adorait, vénérait, cajolait de douceurs exquises, ses savantes prémices. Peu à peu, je l’apprivoise, je m’enfonce en lui. Je ressens ses caresses, l’eau qui ôte mes bas, qui effleurent ma peau chaude et douce… Une algue entoure une de mes cuisses et c’est sa bouche qui me parcourt et remonte vers mon Y. Il m’attire, je me grandis sur la pointe des pieds, vous savez lorsque l’eau arrive au bas-ventre…

    Vacances à Biarritz - 1

    Je pourrais plonger mais non je savoure impudique… Je me grandis encore plus sur mes doigts de pieds telle la danseuse faisant ses pointes et violemment je me laisse tomber, je sens la froidure chaude de l’eau, je sens sa quenouille filer en mon minou qui est aussi le sien, personne n’est venue souiller notre temple d’Amour. J’avance toujours, la lame plus puissante me fait vaciller comme si je me donnais de va-et-vient de plus en plus torrides pour enfin jouir… Je me surprends à glisser ma main sur mes lèvres, je suis béante d’envie. Il ne me faut que quatre petites minutes pour la jouissance de mon clito je le caresse rapide douce… D’un coup de rein je plonge, je veux être plus près de lui, l’entendre, lui seul, juste le bruit sourd enivrant lorsque nous sommes en apnée. D’une main je nage, de l’autre j’arrive au point de mon délice. Je me propulse vers le haut, mon corps pulse, ma tête sort de l’eau… J’explose, bouche grande ouverte pour ne pas gémir, crier… Ohhhhhh je jouiiiiiiiiiiis… De l’eau jusqu’au cou, je fais encore quelques brasses. Je suis là avec lui, apaisée, je le laisse me bercer, me caresser…

    Vacances à Biarritz - 1

    Je reprends mes esprits, mon regard se perd sur la ligne d’horizon.

    Curieux ce froid qui me traverse. Je décide de sortir lorsque je me rends compte que le courant m’a emportée loin du bord. Plus j’essaye de retourner à la plage et plus le courant m’emporte au loin. J’ai de plus en plus froid. Je ne sens plus mes jambes, je n’arrive plus à bouger. J’essaie d’appeler à l’aide mais pas un son ne sort de ma gorge…

    Cet océan qui, l’instant d’avant, me faisait l’amour de ses douces caresses allait-il m’entraîner dans ses plus noires profondeurs. Et finalement, si c’était comme cela que je devais le rejoindre…

    Vacances à Biarritz - 1

     

     

     (STÈVE)

    J’aime regarder l’horizon depuis ce coin légèrement à l’écart. Les vagues majestueuses me font frémir de toutes parts. Voir cette foule qui regorge de joie, du bonheur de s’éclater face à cet élément capricieux. Parfois j’y viens les nuits de clairs de lune. Je devine les ombres chinoises des couples enlacés. Je les entends bruire lorsque soudain de petits cris ponctuent leurs jouissances… Je suis heureux de ce petit monticule qui souvent m’attend sagement trop loin de l’eau, position merveilleuse, moi qui adore contempler les autres… 

    Vacances à Biarritz - 1

    En cette fin d’après-midi, le vent souffle de plus en plus fort. Les gens sortent petit à petit de l’océan qui semble se déchaîner ! Tout à coup, mes yeux se posent sur une jeune femme. Ses mouvements sont précis et délicats, je pense sans aucun doute : « Une superbe nageuse mais une allure heurtée… ». Je ne sais pourquoi je l’avais remarqué, descendant sur la plage passant à mes côtés. Son parfum suave et délicat, frais restait accroché à mes narines. C’est assez rare chez moi cette attention ! Traînant toujours des jumelles dans un sac à l’abri du sable, je les pointais dans sa direction : « Mais elle se débat, elle lutte ? C’est impossible ! Mais oui… »

    Vacances à Biarritz - 1

    Ni une, ni deux, j’ôte mon tee-shirt, je m’empare de ma planche et me mets à courir de toutes mes forces. Je n’hésite pas un seul instant ni me tracasse pour mes affaires. La solidarité entre nous, planchistes, est grande et je sais que ma bande de copains va en prendre soin. D’ailleurs c’est curieux qu’aucun n’ait fait attention à cette femme. Je cours et arrive à l’eau. Malgré la chaleur du soleil l’eau était froide. Je saute sur ma planche pour ramer de mes bras et avancer ainsi plus vite.

    Vacances à Biarritz - 1

    Cela paraît interminable, je la vois de plus en plus près. Je devine ses yeux qui me fixent. Il me reste encore un bout à faire quand je la vois disparaître doucement. Sans doute à bout de force, elle a abandonné la lutte se pensant sauvée. Je rame de plus en plus vite. Elle est balancée par les ressacs, entre deux eaux…

    Vacances à Biarritz - 1

    Je lui attrape la main afin de lui placer la tête hors de l’eau. Manifestement elle a perdu connaissance. J’arrive à la soulever délicatement par la taille afin de l’installer sur ma planche. Il me fallait ramer maintenant à contre-courant. Je décidais de couper en droite ligne vers les dunes, je n’affronterai pas de face les vagues.

    Vacances à Biarritz - 1

    Enfin nous sommes sur le sable. Je vois juste un couple un peu plus loin, personne d’autre pourvu que tout aille pour le mieux. Je l’allonge avec tout le soin dont je suis capable.

    Vacances à Biarritz - 1

    Elle est devant moi, inerte, sa peau sans défaut blanche comme de la porcelaine, n’ayant pas eu encore le temps de se mordorer d’un soleil estival. Je m’approche de ses lèvres afin de lui appliquer les premiers gestes de secours mais plus j’approche et plus j’hésite. Je n’avais jamais fait ça de ma vie, que sur des mannequins ou en simulation.

    Vacances à Biarritz - 1

    Là j’étais devant un être dans le besoin. Je prenais une grande respiration pour chasser mon angoisse et surtout ne pas perdre de temps. Toutes les personnes sur la plage avaient disparu, sûrement par la faute de ce vent qui s’est levé. Je n’ai pas le choix, il faut que je le fasse. Je me domine.

    Je prends son doux visage entre mes mains et pose mes lèvres sur les siennes entrouvertes, je pince son nez. Mon souffle passe de mes poumons aux siens. De, me semble-t-il, jolis petits seins se soulèvent tendrement comme reprenant vie. Ouf sa main vient de bouger. Je me recule pour reprendre mon souffle et, surpris mais heureux, ses yeux s’ouvrent apeurés. Elle tousse, se tourne sur le côté tout en cherchant ma main. Elle s’y agrippe, la pose sur sa poitrine tout en me fixant de son magnifique regard enfin rassuré.

    Vacances à Biarritz - 1

     

     

    À suivre : Partie II de III

     

     

    « L'entreprise de 300 employé(e)s - 18Vacances à Biarritz - 2 »
  • Commentaires

    1
    Mardi 31 Mars 2015 à 07:31
    Bon matin Méli,

    Ce texte me montre une sensibilité à fleur de peau.

    Superbe idée qui se dessine et qui me touche au premier point mais tu ne sais peut-être pas pourquoi, enfin pas tout à fait de la même manière.

    Un texte sur la vraie vie...plein de réalisme!

    Bises
    2
    Jeudi 2 Avril 2015 à 00:47
    Chère Méli,

    Très bel approche de sentiments emmêlés qui peuvent se télescoper dans toutes têtes surtout après une pareille épreuve. Comme quoi, pour les êtres sensibles, il n'est jamais simple de se reconstruire.

    Je comprends Aimy qui va être très attentive pour te suivre dans cette histoire.

    J'ai hâte de lire la suite.

    Très belle plume mais cela je le sais depuis longtemps !

    Bises
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter