• Stéphane et Amélia - 6

    Sommaire

     

    Séduction

     AMÉLIA

    Je n’étais jamais sortie avec un homme aussi charmant, heureusement que j’étais allée acheter cette robe qui ne dépareillerait pas trop avec son élégance.

    Le restaurant était charmant et le choix des vins à la cave fut une première pour moi, surtout lorsque Stéphane m’embrassa dans un recoin de la cave.

    Stéphane et Amélia - 6

    Le charme du plafond voûté, la fraîcheur de l’air, la chaleur de son corps, et surtout la gêne quand les autres clients sont descendus.

    Je n’ai pas pour habitude de faire l’objet de tant d’attention. C’est plutôt l’inverse qui se produit normalement. C’est souvent moi qui prends l’initiative tellement les hommes que je rencontre, de temps en temps, sont si timorés.

    Pour une fois, ne pas prendre les devants et se laisser vivre était assez plaisant.

    Stéphane et Amélia - 6

    Nous prenions l’apéritif en devisant gaiement. Nos regards étaient remplis de mille et une promesses.

    Il avait un regard de braise qui avait pour effet de me sentir totalement nue devant lui, dans cette salle de restaurant bondée.

    Le foie gras nous fut servi dans de superbes assiettes en porcelaine blanche. Nous buvions le vin doux à petites gorgées.

    L’apéritif et le vin me donnaient de plus en plus chaud. J’avais l’impression que mes joues rougissaient de plus en plus.

    • Pffffff quelle chaleur, vous ne trouvez pas?

    Je dégrafais un bouton supplémentaire de ma robe pour avoir moins chaud et je relevais le bas à mi-cuisse. Avec la nappe, on n’y verrait rien.

    Stéphane et Amélia - 6

    Sous la table, je retirais mes escarpins. Je restais comme cela les jambes croisées, allongées, uniquement gainées de mes collants.

    Au fil de la discussion, mes pieds effleuraient sous la table le bas de son pantalon.

    Je continuais la conversation tout en enserrant sa cheville entre mes pieds, lui souriant.

    Il semblait un peu gêné. Peut-être connaissait-il bien cet endroit ?

    Doucement mon pied droit remontait le long de sa jambe, puis sur son genou. Lentement, je glissais le long de sa cuisse.

    Il avait de plus en plus de mal à suivre le fil de la discussion. Mon pied atteignit enfin la destination convoitée,

    Stéphane et Amélia - 6

    talon sur sa chaise et légère pression où vous devinez. Tout en étant heureuse intérieurement de mon audace, je poursuivais la conversation avec un sourire enjôleur aux lèvres.

     
    À suivre : Partie 7 de 17

     

     

    « Stéphane et Amélia - 5 Stéphane et Amélia - 7 »
  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Décembre 2014 à 17:12
    Coucou Méli,

    J'adore tes textes où se profile toujours une poésie même si tu fais de la prose. Tu as une fraîcheur d'écriture qui coule comme nous aimons sentir se glisser nos hommes entre nos nymphes. Que du Bonheur de te lire.
    Bises.
    2
    Dimanche 7 Décembre 2014 à 07:00
    Hum tu m'as bien l'air d'une coquine Méli pour écrire ainsi mais j'aime bien les femmes qui osent. Belle plume qui caresse dans le bon sens...
    Bises.
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter