• Stéphane et Amélia - 11

    Sommaire 

    Une faune inconnue

                                                

    STÉPHANE
     

    Une fois sortis du cinéma, nous avons bien ri de ce qui s’était passé. Moi qui aime bien l’imprévu et les choses non planifiées, j’avais été servi.

    En plus, je n’allais pas être au bout de mes surprises. Je comptais effectuer une petite visite dans une rhumerie que je connaissais afin de déguster un cocktail et passer un moment un peu plus tranquille quand Amélia me déclara qu’elle avait envie de se balader dans les catacombes, qu’elle avait vu un reportage lui apprenant que des fêtes y étaient organisées.

    Des fêtes, me dis-je, quel genre de fêtes pouvait-on organiser dans un endroit pareil ?


    Fête dans les catacombs by h2ofranck

    Après une pause pipi, nous avons donc entamé notre marche vers les catacombes. Ce n’était pas la porte à côté. Je me souvenais vaguement que l’entrée de ce lieu était située près de la place Denfert-Rochereau.

    Stéphane et Amélia - 11

    Nous avons donc entamé notre périple jusqu’à la fameuse place gardée par deux lions impressionnants. Notre escapade était entrecoupée de pauses coquines. Lorsque je me trompais de rue, Amélia avait décidé que j’aurais un gage ma fois bien sympathique qui consistait à l’embrasser à l’endroit de son corps qu’elle me désignait.

    À ma première erreur, j’ai eu le droit de faire des bisous dans son cou…

     

    Stéphane et Amélia - 11

     

    À la seconde entre ses seins…La troisième fut volontaire, et là, dans un renfoncement, j’ai eu droit de déposer des bisous sur ses jolis seins. Cette troisième étape dura plus longtemps que les deux premières. Nous eûmes beaucoup de mal à reprendre notre chemin…

    Nous arrivâmes finalement sur la place aux lions. Je ne savais pas trop par où nous pouvions atteindre les catacombes. Croisant des jeunes, Amélia posa la question. Par chance, ils s’y rendaient pour participer à une de ces fêtes.

    Nous nous retrouvâmes devant une porte. Nous décidions de suivre ces jeunes qui entraient. Ils avaient l’air de connaitre les lieux. Ils avançaient si rapidement que nous les avons perdus de vue. Je préférais prendre mon temps. Nous n’y voyions pas grand-chose dans cette pénombre et je ne savais pas trop où nous mettions les pieds, dans tous les sens du terme!

    Stéphane et Amélia - 11

    « Nous nous enfonçons dans le ventre de Paris… » disais-je d’une voix d’outre-tombe en riant.… Le chemin était en pente plus ou moins accentuée en fonction des passages, je sentais bien que nous descendions. Il faisait de plus en plus chaud. Mes yeux s’habituant à l’obscurité, je pouvais distinguer des gouttes de sueur entre les seins d’Amélia.

    Stéphane et Amélia - 11

    Ce fut plus fort que moi. Je la plaquais contre le mur pour passer ma langue entre ces deux magnifiques globes. J’en profitais pour passer mes mains sur ses tétons qui réagissaient immédiatement. J’avais bien plus envie d’elle que de continuer sur ce chemin. Visiblement Amélia y tenait, elle se dégagea et nous reprîmes notre chemin.

    Je commençais à entendre de la musique, genre techno, et des lueurs scintillaient comme des feux follets. Effectivement, un peu plus loin, nous pouvions voir que les murs étaient recouverts de tentures noires ou pourpres, de grandes torches permettaient de distinguer un peu mieux les lieux.

    Il faisait toujours de plus en plus chaud. Pas de doute, nous approchions du lieu de la fête. Nous croisâmes une fille le cul nu qui croyait avoir trouvé un coin tranquille pour une pause pipi. Nous la saluâmes. Plus loin, nous entrâmes dans une salle. Le son était extrêmement fort, nous ne nous entendions plus. Il y avait des jeunes le torse nu, les cheveux longs, la tête dans les enceintes qui se faisaient aller suivant le rythme…

    Stéphane et Amélia - 11

    Je m’attendais à ne trouver que trois ou quatre bougies, un mange-disque alors que nous assistions à une belle « free party » très high-tech. C’était assez incroyable, chapeau à l'organisateur pour la qualité de ce son et lumière. Dans cette bonne ambiance communicative, des cataphiles (c’est comme cela qu’on appelle les habitués de ces lieux et les cataflics ceux qui les pourchassent) échangeaient joints,

    Stéphane et Amélia - 11

    bière, verres d’alcool...

    Stéphane et Amélia - 11

     

    Nous étions une bonne cinquantaine, certains visiblement des habitués et d’autres présents, comme nous, sans doute pour une première fois.

    Pris dans l’ambiance,…nous nous mîmes à danser sur ce rythme qui ne nous déplaisait pas.

    Stéphane et Amélia - 11

    Au bout d’un moment, dansant et buvant un petit coup, la salle devenait peu irrespirable. J’en fis part à Amélia qui confirma mon impression.

    J’avais remarqué un couple qui, soudain, avait disparu derrière une tenture pour réapparaitre un moment plus tard…

    Stéphane et Amélia - 11

    Je pris Amélia par la main et nous nous dirigeâmes vers cet endroit. Nous nous faufilâmes derrière la tenture. Il y faisait sombre. Nous arrivions dans un long couloir, à son extrémité, je devinais quelqu’un. Nous dirigeant vers cette personne, une jeune femme peu habillée...

    Stéphane et Amélia - 11

    ...semblait nous attendre et elle nous dit :

    • Si vous voulez être tranquille passez à ma gauche, si vous voulez de la compagnie, passez à ma droite…

    Stéphane et Amélia - 11

    Je m’apprêtais à prendre sur la gauche quand Amélia me tira par la main vers la droite…

    • Mais tu sais ce qui nous attend ici ? Que voulait-elle dire par de la compagnie ?

    • Je n’en sais rien, ce sera la surprise!

    Amélia me surprenait encore par son espièglerie, moi qui la croyais assez réservée. Elle n’hésitait pas à se lancer dans des aventures dont nous ne savions vraiment pas l’issue, où cela pouvait nous mener…

    Nous continuions sur la droite pour finalement déboucher sur une autre salle, elle aussi éclairée de torches, les murs recouverts des mêmes tentures rouges et noires…Mais soudain, effroi, Amélia ayant un mouvement de recul, des crânes et des os entassés dans tous les recoins…

    Stéphane et Amélia - 11

    Nous ne pouvions pas oublier que les catacombes sont en fait un vaste cimetière!

    Impensable, dans cette pièce se trouvaient deux énormes lits. Que pouvait-il bien se passer? Notre curiosité devenait sans limite!

    Stéphane et Amélia - 11

     

    À suivre : Partie 12 de 17

     

     

     

    « Stéphane et Amélia - 10Stéphane et Amélia - 12 »
    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter