• Quand demain n'a plus d'après, reste-t'il des lendemains ?

    Parfois il n'y a pas d'après, il y a juste neuf mois avant tout où l'on sent qu'il est là, où on le sent grandir et vivre en nous.

    Il réagit à tout ce qui nous arrive et parfois plus que nous. 

    Il rit avec nous, mange avec nous et souvent il a mal autant que nous. 

    Il cherche à fuir ce corps qui n'atténue plus les coups.  

    Même quand on perd un ange, rien ne comble cette place vide dans le cœur.

    Au quart de ma vie, tu es venu croiser la mienne pour ensuite disparaitre mon Angelot.
      

    Il n'y a pas un jour où je ne pense à toi ainsi qu'à tes frères et sœurs que je n'ai pu voir !

    Ta maman

    « De l'ombre de la lumièreIl ne suffit simplement... »
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter