• Le jeu de la tentation - 6

    Un pari pour les sens

    Sommaire

    Sens en jeu

     

    (Édouard)

    Décidément cette récréation est un vrai délice…

    De plus en plus de frissons parcourent mon corps. Mon excitation monte graduellement au contact de ses caresses, de sa langue sur mon torse, de la voir ainsi les yeux bandés…

    Mon sexe devient très tendu. Humm… J’adore cela. Je raffole de ces prémices, l’emporter au paroxysme, qu’elle me supplie de la prendre…

    J’aime voir ses cheveux, sa nuque, lorsque sa langue atteint mon nombril… J’essaie de contrôler ma respiration, de ne pas lui montrer qu’elle me gagne. J’aime ce plaisir, mais je veux rester maître : N’y a-t-il pas ce pari audacieux en suspend ? Mes doigts glissent sur sa nuque, remontent dans ses cheveux… J’aime leur texture, j’aime les caresser ainsi…

    Oui, je ne devrais pas, mais j’ai envie de quelques instants encore de cette sublime récréation… Un grand plaisir, de voir, de sentir ses mains posées sur mes hanches… Être au contact de ses lèvres…

    Mes mains se plaisent à faire des allers-retours entre sa nuque et ses cheveux,

     

    Le jeu de la tentation - 6

     

    ...comme pour l’encourager à me donner plus. Puis ce « spectacle » dans le miroir. Mes yeux ne cessent d’admirer les formes de son corps parées de ses délicats et sexy dessous…

     

    (Mélissa)

    Sous mes doigts, je sens la ceinture de son pantalon et l’envie est de plus en plus forte de le faire tomber à mes pieds. Je dois me retenir, contenir mes envies les plus profondes. Pour l’instant, ressentir ses frissons, deviner que je lui fais de l’effet… Tout cela fait monter en moi le feu et je sens que je m’ouvre de plus en plus béante et humide.

    Mes doigts passent sous sa ceinture et caresse sa peau qui s’offre, très douce, au survol affolant des pulpes de mes doigts. Je sais qu’il retarde la suite, qu’il « joue » aussi comme au chat et à la souris. Il me caresse longuement les cheveux, se collant, très proche de moi.

     

    Le jeu de la tentation - 6

     

     

    Je suis au bord de mon abandon. Je dois faire retomber un peu de cette excitation qui m’électrise le bas-ventre. J’arrête un instant le jeu de ma langue et pose mon front contre son ventre. Ma respiration qui était jusqu’alors haletante, commence à se ralentir…

    Mon calme revient petit à petit. J’envisage la suite avec sérénité. Je sais que mon envie s’apaise et qu’elle reprendra de plus belle, plus forte. Là, je serais au bord de la noyade, sans retenue, plus maîtresse de moi-même. Je n’ai qu’une envie : lui arracher son pantalon ; ce misérable bout d’étoffe qui me sépare de l’objet de mes désirs.

    Mes mains qui étaient sur ses hanches, commencent doucement à revenir vers le devant, vers cette proéminence affolante qui m’attire.

     

    Le jeu de la tentation - 6

     

    Je veux libérer cet appendice du plaisir. Tout se précipite dans ma tête. Voilà, tellement ma tension remonte, que mes mains tremblent et je n’arrive pas à ouvrir la boucle de sa ceinture…

    Tans pis je ne peux résister. Je sais qu’il n’attend que cela. J’ai trop envie. J’entrouvre le sésame qui me conduit vers l’objet que toute femme sensée appelle de tout son Être. Est-ce de la pudeur, trop d’envie, je tremblote arrivant difficilement à baisser cet obstacle, cette braguette de pantalon. Humm, enfin… Doucement ma main se faufile… Et stupeur amusée, il est nu, sans sous-vêtement et je me retrouve à caresser son sexe qui m’attend tout parcouru de spasmes. Délicatement mais d’une main sûre, je l’extirpe de son carcan et, tel un ressort, il me saute au visage se balançant tendrement comme l’appât devant le poisson que je deviens, prête à le gober…

     

    (Édouard)

    Ses mains qui glissent de mes hanches vers ma braguette, ses doigts qui font coulisser le zip puis se faufilent : je sens un petit sursaut, sans doute qu’elle vient de s’apercevoir que je suis nu en dessous mais je ne peux refréner un long tressaillement au contact de ses doigts. Un profond frisson parcourt mon corps. Mon sexe se tend de plus belle. Enfin, de gestes infiniment précis et doux, elle libère ce vit qui va vivre un nouveau moment de folles sensations. Il va être libre et devenir son jouet préféré. Humm… Une immense excitation m’envahit. Je me sens perdre tout contrôle… J’ai envie de m’abandonner ainsi à ses plaisirs, à son bon vouloir… Un flash traverse mon esprit : « Mince, je suis en train de perdre ce pari, il faut que je me ressaisisse. » Comment dans une pareille situation ne pas craquer. Il me faut rester maître de ce jeu, rester en contrôle, diriger et non subir. Elle doit m’appartenir encore… Je prends une très longue inspiration sans trop lui montrer afin de me contrôler à nouveau.

     

    Le jeu de la tentation - 6

     

    Malgré ce délicieux plaisir, mes mains doivent obéir à ma raison.

    Je glisse de ses cheveux pour venir prendre ses mains. Cruel dilemme que de reprendre ses mains pour renoncer à ce qui se dessinait. Devant cette dualité s’opposant en moi, tout en replaçant ses mains dans son dos, je ne sais que balbutier :

    • Pas si vite, Belle Dame, n’oubliez pas que j’ai gagné le pari !

    Ces quelques paroles me suffisent pour me reprendre, pour reprendre mes esprits, pour reprendre le contrôle…

    Je profite de ses yeux bandés pour un effet de surprise…

     

    Le jeu de la tentation - 6

     

    Doucement je pose un genou à terre, face à elle… Un court instant, placé entre ses jambes, je la contemple… Elle est assise sur ce lit haut. Je domine ses cuisses offertes, impudiques. Je devine son intimité : Est-ce une « abricot » ou une « nymphes aux coraux épanouis », une source coule-t-elle, semblable à de la nacre ? Sublime vision… Elle se maintient dos droit, ce qui rajoute à sa beauté altière, ses seins provoquant. Je place une main sur la peau chaude en haut de son bas gauche. Je me penche pour déposer mes lèvres humides sur la peau de sa cuisse droite. Elle sursaute. Elle sent ma présence non loin de son écrin. Je parcours cette peau de velours, effleure, caresse, me fais plus pressant. J’aime ce contact sensuel, l’affoler, la surprendre, lui montrer le plaisir que je prends, alternant les places où sa peau m’est offerte, jouant entre les parties de son corps encore parées de ses atours de dentelles qui la mettent tant en valeur.

    D’une de mes mains je la repousse délicatement en arrière sur le lit et ma bouche remonte sur son aine, caresse la dentelle qui recouvre la région de son désir grandissant puis, toujours pour la tendre au paroxysme de ses envies, je saute sur le haut de son Y, l’effleurant…

    Puis, un nouvel effet de surprise… En position offerte, ma bouche se pose délicatement sur la dentelle noire qui recouvre son sexe. Elle est trempée de désir, et j’y noie mon nez, enfonçant l’étoffe entre les vallonnements exquis de ses monts et merveilles…

     

    (Mélissa)

    Quand il retire mes mains de son corps, je me sens privée, abandonnée. L’envie est toujours présente mais dans l’espace de cet instant, je suis prise entre frustration et plaisir.

    Heureusement je le sens se reprendre et revenir à m’affoler. Peut-on jouir sans pénétration ? Je suis au bord, sentiment fort que je ne me rappelle pas avoir vécu, n’ayant eu de si longues prémices. Les caresses de ses lèvres continuent d’attiser ce feu qui couve en moi.

    Les sentir « jouer » sur la peau chaude que laissent libres mes parures de dentelles me font frissonner. Ma peau ma peau se hérisse de mille picotements… Un pur délice… Ma tête se renverse en arrière, ma respiration s’accélère.

     

    Le jeu de la tentation - 6

     

    L’émotion me gagne. Je sens une boule de chaleur dans mon ventre qui devient de plus en plus grosse. Mon bassin se tend vers lui quand son nez vient plonger dans mon abricot tout écarquillé et baigné dans son suc. Sa bouche vient déposer des souffles d’air chaud sur mon entrejambe en feu, mes jambes tremblent… Je coule de désirs, je m’offre, me tends, j’en veux plus encore… Vais-je jouir ainsi sans pénétration, c’est si puissant !

    Mon sexe vient à l’encontre de sa bouche. Je me surprends à laisser échapper un cri : « OUIIIIIIIII »…Je ne peux retenir un long gémissement suivi d’un fort soubresaut qui traverse mon être, me parcourt telle une onde de tremblement de terre : Un premier spasme de jouissance encore timide… Je froisse le drap de lit…

     

    Le jeu de la tentation - 6

     

     

    À suivre : Partie VII de X

     

    « Le jeu de la tentation - 5Le jeu de la tentation - 7 »
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Novembre 2015 à 04:17
    Re,

    Nous tombons bien, une suite nous apparaît. Si nous avions su nous aurions attendu pour notre autre com...

    Comme tu as raison, que les prémices sont importantes: un art que beaucoup oublient...

    Tes textes sont aussi des écrits "pédagogiques" et ont aussi toute leur place ici dans ce monde dont je ne dirai rien de plus, juste à voir certains et certaines sur ce site! Cela fait beaucoup de bien pour nous les femmes de te lire. Merci en leur nom...

    Re plein de bises.

    PS:
    Méli, photo 3 est-ce que nous pouvons chanter dans son micro hihihi...??


    2
    Dimanche 22 Novembre 2015 à 20:48
    Bien sur que vous pouvez....
    mais laissez le respirer !
    lol
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter