• Le jeu de la tentation - 5

    Un pari pour les sens

    Sommaire

    Doux échanges

     

    Le jeu de la tentation - 5

     

    (Édouard)

    J’aime quand elle dit : « J’ai trop envie… ». L’entendre me le dire, accroît aussi la mienne, sorte de vase communicant… J’aime sa fougue de ne pas pouvoir tenir et recevoir… Voir sa volonté de reprendre le dessus quitte à perdre mon pari. Cette petite récréation, prémices d’excitations de ses sens l’a amenée à vouloir devenir actrice… Reprendre son ascendant sur moi ne me déplaît pas.

    J’adore sa main qui descend ainsi sur mon torse. À mon tour d’avoir un premier frisson qui parcourt mon corps. J’aime la façon délicate et sensuelle comment elle effleure… Humm… Mon sexe se dresse encore plus et je ne peux résister au plaisir de caresser sa hanche avec. Ma main quitte son sexe… Je la contemple dans les miroirs des portes de placards. Je sens sa main glisser sous ma chemise…

     

     

    Le jeu de la tentation - 5

     

    (Mélissa)

    Ma main glisse sur sa chemise et mon autre vient la rejoindre. Toujours avec mon bandeau, je m’accroche à lui. Nul besoin de voir pour caresser et lire ses ressentiments, ses réactions. Mes mains remontent sur ses épaules et se croisent au milieu de son torse.

    Je ne veux plus sentir ce tissu, plus toile émeri que douceur. Je veux caresser sa peau, juste la savourer épisodiquement au rythme de ses ressentis redevenir chair de poule pour me montrer qu’il n’est pas insensible à ma présence. Je ne veux pas perdre mon pari, il me faut me ressaisir, lui montrer que je peux le faire craquer. Je décide de le déshabiller en commençant par sa chemise. Mes mains s’approchent du premier bouton pour le faire sauter, puis le deuxième, le troisième…

    Ma main écarte la chemise de son épaule. Je penche ma tête vers lui. Je pose mes lèvres à la base de son cou. Je respire son parfum qui m’enivre. J’ouvre ma bouche, humecte mes lèvres pour les laisser en compagnie de ma langue explorer cette peau si douce. Je l’entends laisser échapper des soupirs de désirs.

    Mon envie de le croquer se décuple. Un feu intérieur crépite et commence à me brûler. J’ai envie de devenir animal, de lui arracher sa chemise pour l’avoir tout contre moi, torse nu. Mais « NON », je dois me retenir pour faire grandir encore notre plaisir.

    Alors avec une lenteur que je pense calculer, pleine de fébrilité, j’en défais tous les boutons puis je la fais glisser de ses épaules, puis ôtant ses manches, je la lance sur le fauteuil.

    Enfin il est là devant moi torse nu. Je ne le vois pas avec mes yeux toujours cachés mais je vais savoir le conquérir de mes doigts, de ma bouche, de ma langue, de mes cils, de mes tétons enfin de tous les artifices qu’une femme sait employer… De purs instants de douceur.

     

     

    Le jeu de la tentation - 5

     

    (Édouard)

    Humm… Je ne pensais pas la voir si entreprenante. J’aime cette délicieuse récréation.

    Que c’est excitant une femme qui participe, donne. La voir dans le miroir se trémousser pleines d’envies pour déboutonner ainsi ma chemise, sentir ses doigts pianoter les boutons n’est qu’envoûtement.

    L’excitation franchit encore un cran chez moi lorsque je suis collé à elle, torse nu à portée de ses doigts.

    J’ai du coup très envie de poursuivre ces quelques instants de plus, que cette récréation perdure…

    Mes mains se posent alors sur ses fesses et je la plaque tout contre moi pour avaler sa langue gloutonnement dans un baiser fougueux et profond. Je caresse tous azimuts sautant de plage de peau en autre plage… L’affoler encore plus…

     

     

     Le jeu de la tentation - 5

     

    (Mélissa)

    Je sens son envie grandissante contre mon ventre. Mon bassin instinctivement se tend vers lui.

    Mes mains parcourent son torse. Ma bouche se pose sur le creux de sa nuque et ma langue goûte la saveur de sa peau. Sa texture douce et délicate me donne envie de continuer un peu plus bas quand il me plaque et me prend sauvagement la langue dans un baiser ardent, comme s’il se souvient de ce pari afin de ne pas succomber.

    Je me dégage un peu pour que ma langue chemine sur son torse, qu’elle le déguste à petits coups, petit à petit… Je m’attarde sur chaque doux bourgeon de son torse, les prends doucement entre mes lèvres pour les sentir se gonfler, jouer avec eux, les griffer de mes cils, les toucher de mon nez, lui montrer que je ne suis pas une passive. Sa réaction sous mes caresses est immédiate. Je le sens encore plus tendu, le souffle court.

    Cela m’engage à poursuivre dans cette voie. Ma langue creuse un sillon luisant jusqu’à son nombril. Je suis penchée devant lui, ma langue fait le tour de ce nombril, puis vient en effleurer l’intérieur. Mes mains qui ont suivi le trajet sont maintenant posées sur ses hanches.

    Le fait d’avoir toujours les yeux bandés fait que je suis plus attentive, plus attentionnée à ses moindres réactions, que je profite plus de son corps qui s’ouvre ainsi à moi.

     

     

    Le jeu de la tentation - 5

      

    À suivre : Partie VI de X

     

     

    « Le jeu de la tentation - 4Le jeu de la tentation - 6 »
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Novembre 2015 à 03:45
    Coucou Méli,

    Toi aussi tu as souffert. Cela se ressent dans ce que tu écris et dans la manière dont tu l'écris. Tes textes reflètent tout ce que tu attendais avec souvent un départ que tu veux oublier. Je pense savoir que tu as trouvé un équilibre.

    Nous nous aimons ton écriture. Nous voyons que petit à petit tu arrives à replacer tous tes textes déjà écrits et avons hâte que tu écrives à nouveau.

    Ce sera toujours un réel plaisir de te lire.

    Didi et moi, te faisons plein de bises chaleureuses.

    2
    Dimanche 22 Novembre 2015 à 16:39
    Merci les filles, je suis très touchée par vos commentaires. Je publie ces textes issus du passé qui correspondaient à une époque de ma vie où je pensais exister, pensais être aimée pour moi. En fait il n'en était rien. Je pense que je n'écrirai peut-être plus de la même façon. En tout cas, j'ai changé et vous connaissez bien l'artisan de mon bonheur.
    Bisous à vous
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter