• Le jeu de la tentation - 3

     Un pari pour les sens

    Sommaire

    Il l'effeuille

     

    (Édouard)

    Je devine qu’elle se doute que je la regarde. Je suis loin d’être insensible à ce doux plaisir, prémices de mon désir pour elle… J’aime la voir ainsi face à moi…

    Je saisis ses deux mains et lui suggère de les placer dans son dos. Un geste pour simplement montrer que je dirige pour le moment ce jeu, pour rappeler que c’est moi qui aie gagné le pile ou face.

    Puis je pose mes mains sur ses hanches, je les caresse à travers l’étoffe, sa robe en partie déboutonnée… Juste deux à trois mouvements lents de bas en haut.

    C’est un plaisir que de la sentir ainsi entre mes mains, voir que je peux jouer avec ses sens comme il me plaît, sorte de possession primaire et animale. 

     

    Le jeu de la tentation - 3

    J’aime cette vision, mes doigts se portent sur les derniers boutons que je dégrafe en douceur. Ses dessous se dévoilent lentement comme l’enfant devant son cadeau, celui qui prend son temps de ne pas tout déchirer, qui savoure de plus en plus. Je poursuis savamment, avec art, bouton après bouton… Jusqu’au dernier… Les pans du rideau de l’acte d’amour s’ouvrent sur une splendeur certaine. : « Que cette femme est belle ! Que cet idiot de mari n’a pas su admirer, aimer et je l’en remercie au fond de moi-même… Sans sa bêtise elle ne sera pas face à moi ! »

    Quel grand plaisir que cette vue : mes mains parcourent ses diverses plages de peau. Elle me les offre ne voulant pas résister. Je m’attarde entre chair et étoffe, m’immisçant sous les dentelles. Je la vois tressaillir devant l’affolement de ses sens… Qu’elle est excitante ! 

     

    Le jeu de la tentation - 3

    (Mélissa)

    Je comprends qu’il désire que je place mes mains dans mon dos afin qu’il puisse jouir d’une vision excitante, voulant me montrer qu’il reste maître du jeu. La chaleur de ses mains sur mes hanches, ses effleurements me font frémir. Quand il finit de dégrafer ma robe, bouton après bouton, je sens l’envie monter en moi.

    Être à demi nue devant lui, offerte sans défense, le bandeau sur les yeux aiguise encore plus mes sens.

     

    Le jeu de la tentation - 3

    Mes seins se tendent de plus en plus, il doit les voir en érection sous la souplesse de l’étoffe qui les pare. Je ne peux de moins en moins me contrôler, ma respiration s’accélère. Prise entre désir et appréhension, mon émoi grandit, m’ouvre : je sens comme des papillons butiner leur nectar entre mes draperies humides.

    C’est plus fort que moi, je veux chasser mon malheur en m’exposant face à cette folle aventure, comme pour me noyer. Ses premières caresses semblent me réanimer, Je veux oublier. J’ai envie de me donner comme pour me laver : Vivre, m’abandonner à ses désirs.

    Je n’ai qu’une hâte celle d’être libre de mes mouvements pour pouvoir aussi lui infliger de douces tortures comme celles qu’il est en train de me faire subir. 

     

    Le jeu de la tentation - 3

    (Édouard)

    Je suis gorgé d’envies devant ce début d’excitation, ses prémices qui me conduisent vers des plaisirs décuplés, plus puissants… La garder à ma merci, ses mains dans son dos, offerte, je savoure encore ses quelques instants…

    Puis, je me lève lentement, mes mains restant posées sur ses hanches, je les remonte lentement, sa robe grande ouverte laisse resplendir sa nudité raffinée de dentelles noires au cordon rouge… Je la laisse glisser de ses épaules, mes doigts au contact de sa peau. Elle est là debout habillée de sa nudité resplendissante…

    Quel ravissement que de lui ôter cette étoffe, de découvrir la beauté de son corps paré de ses délicieuses enluminures !

     

    Le jeu de la tentation - 3

    Sentir sa robe qui la dénude fait que sa peau se couvre de millions de petites têtes amoureuses, cette chair de poule, expression dénuée de toute poésie mais qui signifie un appel de son corps pour ne demander que jouissances… La robe gît à ses pieds : elle est là devant moi, elle resplendit tel un pistil sortant de sa corolle, grande, élancée, belle…

    Ma bouche s’approche de son oreille, un petit souffle chaud qui trahit chez moi une belle excitation et dans un suave murmure tout en effleurant la dentelle sur son sexe :

    • Tu me rends complètement fou, je te désire… 

    Le jeu de la tentation - 3

    (Mélissa)

    Ma tension monte. Le sang afflue dans mes tempes, je sens mes jambes ne plus me porter, aspirant au monde infini du plaisir. La sensation du tissu glissant doucement sur mes épaules me fait frissonner. Ma peau a la chair de poule : sentir cette étoffe qui m’offre à sa vision exacerbe tous mes sens. Pourtant je suis si pudique et là, pourquoi aucune retenue, pourquoi ce désir immense de me donner… Perdre ce pari, peu m’importe, jouir de lui, avec lui… Le vouloir à moi, en moi…

    Son souffle chaud, sur ma nuque est un délice. Je ne peux retenir un gémissement quand sa main se pose sur ce morceau de dentelle noir. Cette mince protection entre mon corps en feu et sa main douce qui le caresse… Je vais défaillir alors je me laisse choir tout contre lui…

    Jamais je n’ai ressenti un tel abandon, une telle intensité dans la montée du désir. Je me laisse porter par mes sensations. Je sens que tout en lui souligne son désir de me prendre. Je ne peux me résoudre à penser qu’il se joue de moi, ses caresses sont tellement envoûtantes. La chambre se pare d’embruns de volupté. J’ai de plus en plus de mal à respirer, ma gorge se serre, et étonnamment je suis prête à tout pour voyager, explorer, résonner jusqu’au tréfonds de mon être. 

     

    Le jeu de la tentation - 3

     

    À suivre : Partie IV de X

     

     

    « Le jeu de la tentation - 2Le jeu de la tentation - 4 »
  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Novembre 2015 à 06:57
    Touchours chette belle plume, puis "che bande Oh" chest très intérechant...
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter