• Deuxième visite médicale - 5

    Sommaire

    Il ose

     

    (La doctoresse)

    Le voyant revenir, nu comme un ver, le sexe en érection, mes sens s’échauffent. Je me doute que Sophie a bien fait son travail mais jusqu’où ?

    Je ne voulais pas le mettre trop mal à l’aise mais je dois lui demander quand même.

    Alors en lui souriant, je lui dis :

    • Ça y est les prélèvements sont faits, les urines et le sperme ?

    Il baisse les yeux et ne répond pas.

    La visite médicale - 2 - Le contrôle - 5

     Heureusement Sophie arrive à cet instant avec un flacon et une blouse pliée elle les pose sur le bureau et je lui demande :

    • Sophie alors tu as fait les deux prélèvements ?
    • Non Docteur, finalement, je n’ai fait que le premier et encore heureusement que j’ai surveillé sinon il m’aurait mélangé l’urine avec du liquide pré séminal. Je dois y aller maintenant pour porter le prélèvement au laboratoire avant sa fermeture. Je ferme à clé le cabinet derrière moi comme ça, il n’y aura pas de problème d’intrusions !

    Sophie sort en fermant la porte.

    À ce dernier mot, sa tête se relève, il me regarde et je fais de même, je lui souris. Sophie avait le don pour mettre mal à l’aise certains patients.

    Je lui dis :

    • Mais je vois que vous avez dû tacher votre blouse, pour que Sophie vous la retire.

    Puis riant en le regardant droit dans les yeux :

    • Il ne reste que deux solutions : soit je retire la mienne, soit je vous en redonne une.

    Tout en disant cela, je dégrafe deux autres boutons de ma blouse. Puis j’ajoute, sur un ton très coquin :

    • Détendez-vous ! C’est une blague, vous pouvez prendre la blouse posée sur le bureau. Bon, il reste encore l’autre prélèvement à faire, si vous voulez bien passer derrière le paravent voici un flacon. Je vous laisse faire, si vous n’y arrivez pas, je viendrai vous aider. Je suis sûre que vous le voudriez bien non ?

    La visite médicale - 2 - Le contrôle - 5

    (M. QUENTIN)

    Voir ces deux femmes parler de moi, de mon sperme, et me voir nu le gland tout sorti, je ne peux que baisser les yeux. Je me dis : « Ce n’est pas possible, elles le font exprès, ce ne peut être aussi naturel de mettre un patient dans une telle situation gênante. »

    La sortie de sa collaboratrice fut une libération. Je relève la tête en exprimant dans mon regard l’envie que j’avais d’elle en la regardant droit dans les yeux avec un demi-sourire.

    Comme pour me remettre à ma place, elle prend grand plaisir à me rappeler combien j’ai mouillé la chemise.

    Lorsqu’elle propose d’enlever sa blouse, une grande joie m’envahit, mais avant même que j’acquiesce à sa proposition, son rire et sa formule : « C’est une blague », me font déchanter. Elle a pourtant dégrafé un peu plus sa blouse et je peux ainsi voir encore mieux l’objet de mes désirs. Je n’en peux plus. Je sens mon gland redevenir tout humide. J’ai envie de me jeter à ses pieds, de l’implorer, de lui avouer tout l’effet qu’elle me fait.

    Au lieu de cela, je prends la blouse sur son bureau et le flacon pour me diriger, tout penaud, vers le paravent.

    Non, ce n’est pas possible, je ne peux pas me masturber ainsi, si près d’elle. J’ai un mal fou à mettre ma fierté de côté, à lui dire que je ne peux pas, que ce serait divin avec elle, que j’ai envie d’elle, de lui malaxer les seins tout en lui titillant les mamelons.

    La visite médicale - 2 - Le contrôle - 5

    Je suis de plus en plus excité. Je me mets à me parler comme pour me donner du courage : « Ce n’est pas possible, ose, tu es seul avec elle… Allez fonce… ».

     Je prends alors une grande respiration, me mets bien droit comme lorsque je draguais plus jeune : « Allons, tu n’as pas oublié… Pas perdu la main… Fonce ! »

    Alors, gonflé de désir, sans réfléchir que je dois être énorme, je sors de derrière le paravent toujours la blouse dans une main et le flacon vide dans l’autre et je m’écrie :

    • Madame, Madame, je crois que cela serait mieux avec votre aide !

     

    À suivre: Partie VI de VIII

     

     

    « Deuxième visite médicale - 4Deuxième visite médicale - 6 »
  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Octobre 2015 à 17:11
    Coucou
    Je n'ai jamais eu de chance avec les médecins!!
    Les belles choses n'arrivent que dans tes histoires (histoires que tu écris si bien d'ailleurs hummmm!!!!)
    Le médecin de la médecine du travail était en fin de carrière un peu moustachue enfin rien qui fasse que j'aurais eu envie de lui présenter les armes!!!!
    Tu as pu lire sur mon blog mon dépucelage et les conséquences et je n'ai même pas eu droit a une femme pour le prélèvement
    Une fois au travail je me suis fait une déchirure à l'épaule et mon chef de service de l'époque (c'était au début de ma carrière) m'a amené chez le médecin le plus proche et c'était.......un gynécologue!!! Je te jure que cette anecdote est véridique. Il m'a regardé d'un air bizarre mais m'a quand même ausculté Je me revois torse nu assis sur la table du gynéco!!!!!!
    Alors vraiment je préfère tes histoires!!!
    Bisous
    Chris.
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter