• Chapitre XII : Attirances saines ou malsaines !

    Consulter le sommaire

     

     Je suis perdue dans toutes ces pensées.

    Chapitre XII : Attirances saines ou malsaines !

    Je me mets à courir lorsque je croise Mr Stevain. Je suis rouge de confusion et essoufflée. Mr Stevain me demande si j’ai apprécié ce que j’ai vu. Se doutant bien sûr, qu’il parle uniquement de la serre et pas de ce qui s’est passé à l’intérieur Je lui dis que je n’ai pas eu le temps d’y aller car en chemin je me suis arrêtée pour regarder autre chose. Je rougis, je ne sais pas mentir. Ce n’est vraiment pas facile de cacher son trouble. Maintenant, voyant l’heure avancée, je me dépêche. Je suis pressée ayant donné rendez-vous à Anne Sophie après sa sieste. M. Stevain me sourit amusé.

    Mon imagination reprit son chemin 

    M. Stevain avait dû errer une demi-heure au volant de sa voiture, tant ses pensées devaient se focaliser sur moi. Il aurait été incapable de dire quelle route il avait emprunté. Il aurait juste voulu me prendre dans ses bras,

    Chapitre XII : Attirances saines ou malsaines !

    ...me serrer contre lui, sentir le contact de ma peau si souple, si soyeuse, m’embrasser sur le front, sur la joue… sur … Non ! Il ne devait pas imaginer qu’il poserait ses lèvres sur mes seins de gamine, mes belles poires déjà toutes gorgées de désir ! Et mon ventre ! Et mon sexe ! Comme je devais être douce à caresser, à embrasser, à lécher ! Non, il ne devait pas y penser…Puis sans doute que si ! Oh oui ! Glisser sa main dans ma petite culotte d’ange gracieux. Le contact de ma toison, de ma fourrure, descendre jusqu’au diamant immaculé qui, tapi dans son écrin, attendait gentiment qu’on le dérobe. Oh ouiii ! Caresser doucement mes lèvres parfaitement dessinées de mon magnifique petit minou, Hummm… les deux pétales de ma fleur prenant son bain,

    Chapitre XII : Attirances saines ou malsaines !

    ...la sentant s’ouvrir sous ses caresses, atteindre le merveilleux trésor, l’antre si chaude, si accueillante… Mon dieu ! Il devrait chasser ces pensées si perverses. Je n’étais encore qu’une adolescente, une vierge, une douce petite vierge qu’il fallait apprivoiser pour… pour… la rendre femme, se glisser dans mon fourreau si étroit de délicate pucelle, prendre possession de mes sens, être le premier à la faire crier de jouissance !!!

    Dans un état second, M. Stevain fit demi-tour. Il gara sa voiture dans l’allée. Un poids immense pesait sur sa poitrine. Il était malheureux. Il regarda la maison des voisins. Je devais être en train de bouger, de vivre, de rire, à quelques mètres  à peine de lui, inaccessible. L’âme en peine, il se dirigea vers sa maison… Là, il me vit surgir devant lui ! Je revenais de la serre. Je courrais presque et, si je n’avais pas stoppé à temps, je me serais jetée dans les bras de ce quinquagénaire libidineux. Quelle était belle ! L’adorable biche était toute essoufflée.  Toute rougissante. Toute désirable ! Il humait l’odeur épicée de la sudation, il s’en imprégnait.

    Chapitre XII : Attirances saines ou malsaines !

    N’était-elle pas troublée ? Et plus que jamais le contraste saisissant entre son joli minois enfantin aux joues rosissantes et son corps souple totalement érotisé par sa féminité inconsciente l’excitait. La respiration saccadée soulevait ma poitrine. M. Stevain était persuadé, à tort, que l’adolescente ce jour-là ne portait pas de soutien-gorge. Dans son esprit perturbé, les seins lourds et fermes s’épanouissaient librement et il avait même l’impression de discerner sous le tee-shirt la protubérance prononcée des tétons à la chair rosée et si tendre. Il aurait voulu me retenir, ne pas être aussi horriblement maladroit. J’étais tellement ingénue, tellement vivante et lui si pesant ! Je repris ma course.

     

    Chapitre XII : Attirances saines ou malsaines !

     

    Comment me saisir ?  En avait-il le droit ? Non bien sûr mais il devait bien avoir ces vilaines pensées !

     

    (À suivre - À très bientôt)

    « Chapitre XI : Je n'y crois pas ! Et je regarde malgré moi...I - Lettres rondes: abcdefghjmnopqrstu (Anonyme) »
  • Commentaires

    1
    Mardi 11 Novembre 2014 à 05:09
    Coucou Méli,

    Ah, ce lourd dilemme. Et comme par hasard nous sommes en pleine réflexion sur ces pensées « parasites » dans notre entourage.

    Dans ce merveilleux texte de LA VIE, tu abordes un si troublant sujet :

    Lui, ce M. Stevain, a si envie d’elle que cela lui traverse l’esprit, bien sûr, nul doute, pour certains (et pourquoi pas certaines?).

    Mais elle, ne pourrait-elle pas avoir ces idées autant « parasites » de le vouloir. Je ne dis pas que dans ce texte, Méli, tu le voulais; mais je suis en droit de poser cette question.
    N’a-t-on pas mis la majorité sexuelle dans beaucoup de pays à 15 ans.
    Ne sommes-nous pas amoureux d’un professeur au lycée?
    N’y a-t-il pas des précédents et à qui faire porter la « faute ».
    N’y a-t-il pas parfois volonté PARTAGÉE?
    Bien sûr, ne me faites pas dire ce que je ne veux dire, je ne parle pas des horribles viols.
    Non, je parle de consentement mutuel…
    À quel âge est-on innocent(e)…

    Voilà la seule grande question! Ce passage à l’acte voulu par les deux…

    Merci Méli d’aborder ce délicat sujet. J’adore ce texte que tu dis inédit.

    Merci de nous le faire partager et de poser de manière intelligente ce débat !

    Félicitations pour la superbe réorganisation de ton blog. Ceci l’aère et le rend encore plus lisible.

    Bisous Ma Belle.
    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Vous devez être connecté pour commenter